Agenda

Recherche

  • Contact : especialists@gmail.com
  • Recherche sur le blog

Blogs à découvrir

octobre 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

« L'eye-tracking identifie le triangle d'or de Google | Accueil | Autolink = Smart tags ? »

Commentaires

Samuel D

Hello Christophe

peux-tu donner un lien vers les annonces d'emploi sur MSN ? je n'ai pas réussi à les trouver :-(

merci

Quentin Tiburce

Petite parenthèse sur Kelkoo et consorts :

A la lecture de quelques articles parus récemment, le e-commerce français se développe rapidement et parallèlement la concurrence s'intensifie. Certains secteurs me paraissent de plus en plus exposés en particulier sur la "High-Tech" et le "Voyage" dont les marges déjà faibles commencent à fondre de plus en plus.

Je m'étonne de l'engouement de certains e-marchands pour se concentrer sur les outils de "communication" type comparateurs qui privilégient la mise en avant des produits et non de leurs propres marques de distributeurs.
A cause des comparateurs, de nombreux e-commerçants entretiennent une pression constante de la baisse des prix et la non émergence de leurs marques en tant que distributeurs.

Un rapide exemple : Un internaute utilisant un comparateur type Kelkoo pour trouver un voyage se souviendra bien qu'il est passé par Kelkoo pour son voyage pas cher mais peu de chance qu'il se souvienne 6 mois après qu'il soit passé par un voyagiste type Thomas Cook nouvelle frontières ou lastminute...Je serais très curieux d'obtenir des données chiffrés quand à la notoriété ou la mémorisation des marques générés par de tels sites/outils
Certes les comparateurs génèrent du CA mais ce sont des raisonnements à court terme car au final l'effet marque est toujours plus fructueux mais il met du temps à se construire....Bref si quelqu'un possède des données quali/quanti pour contredire ou étayer ces quelques phrases je lui serait reconnaissant.

stephane

Oui il est vrai que les internautes ne se souviendront peut être plus du site sur lequel ils ont acheté un dvd il y a 6 mois (si ça se passe bien, surement) et c'est au site marchand de fidéliser son nouveau client.
Le réel problème auquel doivent faire face les marchands est leur dépendance vis à vis des comparateurs de type Kelkoo. Il faut être présent où se trouve l'internaute. Une grande partie des résultats de ces sites marchands est lié aux comparateurs, et c'est de loin le premier poste budgétaire en terme d'investissements commerciaux.
Par exemple, les liens sponsorisés représentent je crois 31% des investissements commerciaux l'an passé, mais c'est logique... on met l'argent là ou le CA suit immédiatement : sur les comparateurs, sur les liens sponsorisés et sur l'affiliation. L'idéal, c'est bien sûr de faire en plus du référencement naturel, de l'image, etc... mais il est légitime d'aller d'abord où le résultat est garanti et immédiat.

Par ailleurs, les taux de mémorisation de la publicité en ligne semblent remonter, voir Jdnet qui attribue cela aux liens sponsorisés. Il semble que la montée en puissance de la publicité contextuelle (positionnement publicitaire, comparateurs)y soit pour quelquechose. Personnellement, je crois que les taux de mémorisation via comparateurs sont bien meilleurs que par de l'affichage classique, mais je n'ai pas trouvé de données précises.

Pierre

Le problème est que dans des secteurs hyper concurrentiel comme le high tech et le voyage, la profusion d'offres de produits et de services et des marques, sous marques et sous sous marques tend à pertuber l'internaute qui a du mal à identifier clairement les acteurs de ces marchés, et celà, encore plus sur Internet, qui facilité l'entrée de 'petits' acteurs à l'inverse de barrière financière ou technologique dans le offline.

Les comparateurs sont donc la réponse à cette profusion pour que l'internaute/consommateur puisse s'y retrouver. De plus, l'internaute étant, et ce historiquement un faineant ;-), le service de comparaison instantané de plusieurs marchands en quelques clics seulement est un vrai service avec une vraie valeur ajoutée.

Qui aujourd'hui s'amuserait à aller voir les sites de plus de 200 tours opérateurs ou compagnie aérienne pour aller trouver son billet d'avion alors qu'un simple clic chez Easyvols ou Kelkoo permet de faire un tour d'ensemble et de commencer à sélectionner ces offres.

Les chiffres que vous demandez sont confidentiels, et je pense que vous aurez du mal à les obtenir, mais le trafic émanant d'un comparateur doit être normalement un trafic qualifié qui engendra une haute fidélisation mais sur le site du marchand et non sur le site du comparateur, à moins que celui ci est un atout techno indéniable qui lui permettra de fidéliser une certaine audience.

Mais de manière générale, on ne peut taper sur les comparateurs car ce type de service est né d'un véritable besoin des internautes de trouver et de trier l'information recherchée. La réponse à ce type de besoin n'est à mon avis pas le métier des marchands, d'ou la présence justifiée et utile des comparateurs quand ces derniers font réellement de la comparaison et pas du positionnement payant ;-)

Quentin Tiburce

Je cite les propos de Pierre "d'ou la présence justifiée et utile des comparateurs quand ces derniers font réellement de la comparaison et pas du positionnement payant" Tout à fait d'accord avec cet argument et c'est bien la le problème : Kelkoo c'est du positionnement payant édulcoré à la sauce comparateur, mais pour l'internaute Kelkoo & Kelkoo-likes apparaissent comme des comparateurs objectifs (les pubs sont très clairement orientées comparaison de prix) et l’acteur français dominant pour ne pas le citer une nouvelle fois à une position ambiguë qui ne joue pas la transparence, pas clairs sur le service rendu à l'internaute.

Je suis curieux de voir l'arrivée d’un Froogle en France qui à mon avis va se faire sur un mode plus transparent pour l'internaute mais aussi pour les e-marchands.

En ce qui concerne la qualité du trafic de ces sites, de récents articles parus dans le JDN (grosbill) semble dire que la qualité du trafic renvoyé est en baisse, je pense que cette baisse est la résultante d'un service de comparaison de moins en moins objectif.

stephane

l'article du JDN cité par Quentin se trouve ici :
http://www.journaldunet.com/0503/050310grosbill.shtml

Laurent Monteil, le PDG de Grosbill y dit notamment ceci :
"Les comparateurs de prix pratiquent des coûts au clic très élevés et offrent des retours sur investissement en baisse constante. Ils ont notamment des difficultés à distinguer les offres des spécialistes, de celles des généralistes et des boutiques traditionnelles."

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.